Blog

Le PLA, la meilleure alternative au plastique à usage unique

by in Non classé 17 mai 2023

Le PLA, la meilleure alternative au plastique à usage unique

La vaisselle jetable que vous avez l’habitude de voir en grande surface, qu’elle soit en papier ou en carton, est associée à du plastique afin de la rendre étanche.

Chez Zeapack, nous avons choisi de vous proposer une large gamme de vaisselle jetable ou  réutilisable à base de PLA, (en amidon de maïs). Aucune substance à base de pétrole n’est présent dans nos produit.

Qu’est-ce que le PLA ?

Le PLA est un bioplastique compostable provenant d’amidons végétaux. Il peut être fabriqué à partir de n’importe quelle plante comme le maïs, la betterave ou encore la pomme-de-terre.

Pour extraire la matière nécessaire à la fabrication du PLA, les plantes sont broyées afin d’en extraire l’amidon. Cet amidon est ensuite fermenté pour produire de l’acide lactique : le PLA. Un processus transforme ensuite l’acide lactique en polymère, qui peut être transformé en pastilles, autrement dit en résine.

Habituellement le polymère que nous connaissons est dérivé du pétrole, produisant alors le plastique jetable traditionnel comme le PET.

Ces pastilles de PLA peuvent être utilisées pour diverses raisons : feuilles ou film de protection comme pour les boîtes à emporter, moulées par injection, coulées en feuilles ou filées en fibres.

Chez Zeapack, les pastilles de PLA sont utilisés pour la fabrication de :

  • Gobelets transparents pour les desserts, glaces, smoothies et autres aliments froids
  • Fenêtres transparentes sur les boîtes alimentaires
  • Film de protection pour assurer l’étanchéité des boîtes, gobelets ou assiettes en carton
  • Feuilles de papier ingraissables pour emballer des viandes, poissons, fromages ou pour les produits frits comme les churros ou frites

Le processus de fabrication du PLA permet d’utiliser les produits uniquement avec des boissons et aliments froids car il supporte mal la chaleur au dessus de 40°C (105°F). Il est alors possible de réaliser des produits plus résistants comme des couverts afin de couper des aliments solides comme la viandes. De la craie est ajouté au PLA lors du processus de fabrication. La matière est ensuite chauffée puis refroidie rapidement, cristallisant ainsi le le PLA, appelée désormais du CPLA. Ce nouveau matériau, plus robuste, résiste à des températures allant jusqu’à 90°C (194°F).

Ces produits, comme nos couverts en CPLA, sont certifiés compostables en milieu industriel et biodégradables.

Le PLA constitue donc la meilleure alternative au plastique à usage unique pour divers secteurs : agroalimentaire, restauration rapide, restauration traditionnelle, campings, école, etc…

Les produits biosourcés, une pratique durable

La plupart pense que toutes les matières biosourcées sont issues de plants de maïs, provoquant un conflit entre l’utilisation des aliments et celle des matières premières sur les terres agricoles.

La question n’est pas uniquement de choisir des aliments ou des biopolymères à partir de maïs. Il s’agit plutôt d’une opportunité pour les aliments et les biopolymères. Typiquement, dans l’utilisation des cultures industrielles, tout l’amidon, les protéines végétales et les fibres sont utilisés dans un large éventail d’application. Les bioraffineries convertissent toutes les parties d’une plante récoltée en denrées alimentaires, aliments pour animaux, matières premières et combustibles, maximisant ainsi la valeur totale de la culture.

Un même plant de maïs peut donc être utilisé pour plusieurs aspects, limitant ainsi la gaspillage. Les protéines de maïs sont à destination de l’alimentation animale tandis que l’amidon de maïs est destiné à la production de matériel industriel.

Ces plants de maïs sont cultivés selon des pratiques agricoles durables, sans utilisation excessive d’eau ou encore de pesticides et autres produits chimiques. De la même manière que la certification FSC, attribuée aux produits en bois issus de forêts gérées de manière éco-responsable et durable, les produits en PLA ont une certification de durabilité appelée ISCC PLUS.

Cette certification assurent que pour la fabrication du PLA :

  • Aucune source d’approvisionnement sur des terres ayant une biodiversité élevée, un stock de carbone élevé ou des tourbières
  • Pratiques agricoles (utilisation d’engrais et de pesticides, entreposage, élimination, méthodes de travail du sol, étalonnage de l’équipement, irrigation)
  • Protection de l’environnement (protection de la végétation naturelle et des cours d’eau, érosion du sol, matière organique du sol)
  • Durabilité sociale (travail des enfants, protection des travailleurs, conditions de travail, droits fonciers, formation, droit à l’eau)
  • Emissions de gaz à effet de serre au niveau de la ferme

Grâce à ces critères, les fermes sont incitées à modifier leurs pratiques afin de les rendre plus éco-responsables et durables.

Les déchets générés par le PLA

Les produits jetables et compostables de Zeapack peuvent se biodégrader en moins de 12 semaines en compost industriel.

Là où il n’y pas d’accès au compost industriel, la vaisselle usagée doit être jetée dans les déchets généraux. Les emballages alimentaires sans plastique Zeapack, sont fabriqués uniquement à partir de végétaux et utilisent des matières à faible teneur en carbone, renouvelables ou recyclées. Ces avantages s’appliquent pour que les produits soient jetés en compostage industriel ou dans les jetés généraux destinés à l’incinération.

La vaisselle en PLA ne doit pas être placée dans les bacs de recyclage destinés au papier, métal ou plastique car les produits seraient amenés vers un autre type d’installation de tri. Les déchets alimentaires nuisent à la qualité du recyclage mécanique.

Les déchets généraux sont incinérés ou mis en décharge. Si le PLA est incinéré, de l’énergie est produite. D’après une étude de NatureWorks, le PLA produit plus de chaleur que le papier journal, le bois ou les déchets alimentaires, ne produit pas de gaz volatil et laisse peu de résidus. Dans le secteur des déchets, certains préfèrent donc les matériaux d’origine végétale aux plastiques traditionnels car ils dégagent moins de gaz toxiques.

Même si ces produits sont biodégradables, les jeter dans la nature dans l’attente qu’ils se décomposent naturellement est une erreur. Le PLA n’est pas une solution à la pollution marine ou terrestre. Même si elle ne libère pas de substances toxiques en se dégradant, la vaisselle biosourcée constitue une pollution visuelle importante.

Le PLA impacte-t-il le recyclage du plastique ?

Comparés aux plastiques conventionnels, les produits biosourcés comme le PLA représentent actuellement une infime partie des emballages. Il n’est donc pas économique de trier le PLA des autres flux de déchets.

En cas d’augmentation importante des volumes de vaisselle et autres produits biosourcés, les installations de tri de déchets peuvent être calibrées pour reconnaître et trier ces produits par identification dans le proche infrarouge. Le PLA peut être recyclé en nouveau PLA.

Des études ont montré que de faibles niveaux de produits biosourcés ne nuisent pas au recyclage des plastiques. Des chercheurs allemands et italiens ont constaté qu’il n’y avait pas eu de réduction de la qualité, jusqu’à ces niveaux:

  • Jusqu’à 3% de PLA dans le recyclage de plastique PP post-consommation
  • Jusqu’à 10% de PLA dans les re-granulés de plastique PS
  • Jusqu’à 1 à 2% de PLA dans une usine de filature à court terme de plastique PET recyclé
  • Jusqu’à 10% MaterBi dans le recyclage des sacs à provisions en plastique PE
    Panier

    Votre panier est vide.